LDH Section Paris 14/6

Accueil > Europe et international > Projection du documentaire "5 Caméras brisées"

Projection du documentaire "5 Caméras brisées"

mercredi 10 octobre 2012, par Cécyle

L’AFPS Paris 14-6 organise une projection du documentaire 5 Caméras brisées au Saint André des Arts
Samedi 20 ocobre suivie d’un débat ; horaire 18 heures -21 heure.

5 caméras brisées
un film de Emat Burnat et Guy Davidi

(durée : 90 mn)

suivi d’un débat avec Taoufiq Tahani
Membre du bureau national de l’Association France Palestine Solidarité

Samedi 20 octobre 2012

De 18 heures à 21 heures

Au cinéma Le Saint-André-des-Arts
30 rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e
Métro : Saint-Michel ou Odéon
Entrée : 8 euros (à confirmer)

Quelques informations sur le film
Emad Burnat est paysan. Il vit dans le village de Bil’in (1700 habitants) en Cisjordanie. Il y a cinq ans, les forces d’occupation israéliennes ont décidé de construire, au milieu des terres du village, un " mur de séparation ", une sorte de courroie de " protection " autour de la colonie juive de Modin’in Illit, en invoquant des impératifs de sécurité. En conséquence, les villageois de Bil’in perdent la moitie de leurs terres. Ils s’engagent alors dans une longue lutte pour contrecarrer les expropriations, utilisant des méthodes non violentes, jusqu’au recours a une action légale auprès de la Cour Suprême israélienne.
Une lutte devenue symbole du conflit qui déchire Israéliens et Palestiniens. L’enjeu : le contrôle du territoire, la possession de la terre, la coexistence des populations. Dès le début, Emad prend une décision : filmer l’action entreprise par les habitants du village, avec la camera qu’il vient d’acheter a l’occasion de la naissance de son quatrième enfant. Le paysan se révèle être un cameraman remarquable, il filme la vie des siens, famille et amis, du village. Cinq années d’une chronique intime de la vie d’un village en ébullition. Cinq cameras qui ont connu chacune des épreuves, et se sont brisées, l’une après l’autre, au cours de tel ou tel affrontement. Cinq cameras qui ont rendu compte d’un chapitre de la longue marche pour la justice des habitants de Bil’in.

Site officiel du film, ici.