LDH Section Paris 14/6

Accueil > Santé > Mobilisation nationale du 6 novembre "Avorter est un droit ! (...)

Mobilisation nationale du 6 novembre "Avorter est un droit ! "

Le Samedi 6 Novembre 2010 à 14h

mardi 2 novembre 2010, par LDH Paris 14e

Le samedi 6 novembre 14h00 : Mobilisation nationale et manifestation au départ de la Place d’Italie pour la défense du droit à l’avortement à l’initiative de l’ANCIC (Association nationale des centres d’interruption de grossesse et de contraception), de la CADAC (Coordination des associations pour le droit à la contraception et à l’avortement) et du Planning Familial.

L’avortement est un droit fondamental des femmes
gagné de haute lutte !

Le droit à l’avortement est une liberté fondamentale pour les femmes. La liberté de disposer de son corps permet de faire ses
propres choix de vie ; c’est un pas vers l’autonomie, c’est permettre aux femmes d’exister autrement qu’en tant que mères.

De 1975 à 2001, le droit à disposer de son corps n’a fait que progresser, grâce aux luttes menées par les femmes :
• 1975, loi Veil : les femmes obtiennent l’autorisation d’avorter.
• 1982 : les femmes obtiennent le remboursement de l’avortement.
• 2001, loi Aubry : les femmes obtiennent l’allongement du délai de 10 à 12 semaines, la suppression de l’obligation de l’autorisation parentale pour les mineures, la suppression de l’entretien préalable obligatoire, et la possibilité de choisir la technique d’avortement.

On pouvait donc penser qu’en 2001 le droit à l’avortement était enfin acquis ! Mais 9 ans plus tard, rien n’est acquis !

La loi de 2001 n’a
jamais été appliquée
dans son intégralité

La loi de 2001 représente une réelle avancée, mais elle est
mal appliquée.
Certains établissements n’accueillent pas les femmes jus-
qu’à 12 semaines de grossesse. D’autres multiplient les obstacles à la prise en charge des mineures. Les femmes sans
couverture sociale peuvent être obligées de fournir un chèque de caution. Les délais d’attente pour un avortement
peuvent dépasser 3 semaines.

L’obligation des établissements publics d’organiser la pratique des avortements n’est pas respectée, alors qu’ils y sont
tenus depuis 1979 : il n’existe aucune mesure contraignante
ou incitative.
Les médecins pratiquant les avortements ne sont pas, dans
la plupart des cas, remplacés quand ils partent ou prennent
leur retraite : c’est l’occasion pour les directions d’établissements de restreindre ou d’arrêter la pratique de l’avorte-
ment.

Début 2010, l’Inspection Générale des Affaires Sociales
(IGAS) a dénoncé cette situation.

La loi Bachelot enterre
l’hôpital public et
l’avortement avec

La loi Bachelot restructure la santé publique avec pour seul
objectif, la rentabilité économique.

• Les établissements de santé sont regroupés, avec pour
conséquence la fermeture d’hôpitaux de proximité, la
fermeture de maternités, ou encore la fermeture de
centres d’interruption volontaire de grossesse (IVG).
• La tarification à l’activité, nouvelle méthode de finan-
cement des hôpitaux, incite les établissements à limi-
ter ou à arrêter les actes chirurgicaux estimés non rentables, notamment la pratique des IVG.
• A chaque fermeture d’hôpital ou de services, les restructurations sont organisées avec perte de personnels
soignants, concentration des activités, « travail à la
chaîne ».

Cette politique est un recul considérable
pour le droit des femmes à disposer de
leur corps. C’est inacceptable.

Mobilisons-nous pour le droit à l’avortement !

Où je veux

• Ouverture et réouverture des structures de proximité.
• Soutien et maintien de tous les centres d’interruption de
grossesse.
• Des centres de qualité, avec un accueil et une prise en
charge par un personnel dédié et motivé.

Quand je veux

• Possibilité d’obtenir un rendez-vous dans les 5 jours.
• Les retards de prise en charge ne doivent pas renvoyer
les femmes hors des délais légaux.

Comme je veux

• Choix entre l’avortement chirurgical sous anesthésie locale ou générale et l’avortement médicamenteux : l’avortement médicamenteux ne doit pas remplacer l’avortement chirurgical pour des raisons de coût ou d’organisation hospitalière.

Contact :
mobilisationivg@gmail.com
mobilisationavortementnov2010.over-blog.com

Premiers Signataires :
AC !, AL, ANEF, ASSEMBLÉE DES FEMMES, ASSOCIATION DROITS DES FEMMES XXE, ATALANTE VIDÉOS, ATTAC, 
CHIENNES DE GARDE, CGT, CNDF, COORDINATION FRANÇAISE DU LOBBY EUROPÉEN DES FEMMES, COLLECTIF FÉMININ-MASCULIN DE VITRY, COLLECTIF
DE PRATIQUES ET RÉFLEXIONS FÉMINISTES « RUPTURES », COLLECTIF NATIONAL CONTRE LES FRANCHISES, COLLECTIF POUR LA RÉOUVERTURE DU CIVG À
TENON, CONVERGENCE SERVICES PUBLICS, COORDINATION DES COMITÉS DE DÉFENSE DES HÔPITAUX ET MATERNITÉS DE PROXIMITÉ, COORDINATION
FRANÇAISE DE LA MARCHE MONDIALE DES FEMMES, COORDINATION LESBIENNE EN FRANCE, CQFD-FIERTÉ LESBIENNE, DAL, ENCORE FÉMINISTES ! EURO-
PE ÉCOLOGIE-LES VERTS, FASE, FDFA, FÉDÉRATION SANTÉ ACTION SOCIALE CGT, FÉDÉRATION SUD SANTÉ SOCIAUX, FÉMINISME ENJEUX-THÉÂTRE DE
L’OPPRIMÉ, FEMMES ÉGALITÉ, FEMMES EN NOIR, FEMMES LIBRES-RADIO LIBERTAIRE, FEMMES SOLIDAIRES, FÉDÉRATION NATIONALE SOLIDARITÉ FEM-
MES, FONDATION COPERNIC, FSU, GAUCHE UNITAIRE, INTERSYNDICALE SDFE, LIGUE DES FEMMES IRANIENNES POUR LA DÉMOCRATIE, LDH, LES ALTER-
NATIFS, LMDE, LO, MAISON DES BABAYAGAS, MAISON DES FEMMES DE MONTREUIL, MAISON DES FEMMES DE PARIS, MARCHES EUROPÉENNES, MIX-CITÉ
PARIS, MRAP, NO VOX, NPA, OSEZ LE FEMINISME !, PCF, PG, PLURI-ELLES ALGÉRIE, PS, RAJFIRE, RÉSEAU FÉMINISTE « RUPTURES », RÉSISTANCE SOCIALE, 
SOS FEMMES ALTERNATIVE, UNEF, UNL, UNION SYNDICALE SOLIDAIRES.